Les Contrées Zinzolines

Chaque semaine ce qui s'imagine, se dit et se fait autour des questions d'identité et d'orientation sexuelle

Tomboy: de bonnes intentions ne suffisent pas à faire un bon film

Alors qu’on nous assomme avec Bye bye Blondie (cf les 15 articles parus sur Têtu et sur Yagg, pour ne citer qu’eux, ce mois-ci), j’aimerais revenir sur la « dernière production gay du cinéma français » édition 2011, j’ai nommée… Tomboy, réalisé en 2011 par Céline Sciamma, et récomponsé par le Prix du jury des Berlinales 2011 et le Prix du jury des Teddy Awards.

On pourrait dire que j’ai un train de retard. Ou que je n’ai simplement pas envie d’écrire un énième article ressassant les mêmes informations. Au passage, je ne suis même pas certaine qu’effectivement voir le film m’apporterait grand chose. La promo, aussi légère qu’une forêt noire maison, ne nous a épargné absolument aucun détail (y compris sur la fin qui-vous-fait-aimer-être-lesbienne).

Autant vous prévenir tout de suite, Tomboy fait non seulement partie des films dont la totalité du scénario nous est révélé en une minute et trente-trois secondes par la bande-annonce, mais il fait partie de ceux dont la bande-annonce n’est que la mise en image du synopsis officiel.

Ainsi, Allociné nous explique : Laure a 10 ans. Laure est un garçon manqué. Arrivée dans un nouveau quartier, elle fait croire à Lisa et sa bande qu’elle est un garçon. Action ou vérité ? Action. L’été devient un grand terrain de jeu et Laure devient Michael, un garçon comme les autres… suffisamment différent pour attirer l’attention de Lisa qui en tombe amoureuse. Laure profite de sa nouvelle identité comme si la fin de l’été n’allait jamais révéler son troublant secret, et nous le prouve en images.

Que se passe-t-il entre cette minute trente-trois secondes et l’heure vingt-deux que dure le film ? Franchement, pas grand chose. L’extrait du match de foot se transforme en match de foot, l’extrait de baignade se transforme en baignade entre amis. Laure joue avec sa petite sœur, s’ennuie (si j’étais cruelle, j’ajouterais qu’elle n’est pas la seule), et à l’occasion embrasse Lise.

Malgré tout le bruit qu’on a pu faire autour de Tomboy, ce n’est certainement pas le film du siècle. Ce qui n’est certes pas un crime.

Cependant, si je semble vouer une relative rancœur à l’encontre de ce film, c’est parce que l’intrigue pleine de bonnes intentions ne suffit pas à masquer un certain nombre de fausses-bonnes idées.

On l’a compris, Laure fait croire à ses nouveaux voisins qu’elle s’appelle Michael, en profite pour découvrir la vie des petits garçons (à savoir : jouer au foot et ne pas porter de robes), dont elle aime le goût de liberté. En somme, Laure est un garçon manqué qui trouve une méthode pour qu’on ne lui inflige plus (ou en tout cas, que ses amis ne lui infligent plus) le traitement moyen réservé aux petites filles.

Là où le bat blesse, c’est lorsque Laure et Lisa commencent à se faire les yeux doux. Evidemment, Laure n’est pas un garçon comme les autres. Evidemment,   cela plaît énormément à Lisa. L’intention de la réalisatrice était probablement de montrer comment ce qui n’aurait été qu’une simple amitié en d’autres circonstances, se transforme en amourette dès lors qu’elle devient officiellement une relation entre une fille et un garçon (ah! La douce époque où les filles ne pouvaient pas dire bonjour aux garçons, ou l’inverse, sans être accusées de vivre une histoire d’amour des plus romanesques et dégueu). Ou peut-être de pousser l’expérience de Laure, qui s’affranchit des identités de genre,  » jusqu’au bout  » : puisqu’elle s’habille, joue et parle comme un garçon, elle fait exactement l’opposée de ce à quoi l’on pourrait s’attendre chez une petite fille. Y compris lorsqu’il s’agit de s’intéresser aux sexe opposé?

Le problème, c’est que le film, qui était bien parti pour dénoncer la façon dont nous imposons une identité aux enfants, trébuche et tombe brusquement dans le cliché. Une petite fille n’aime pas porter des robes et se fait appeler Michael : c’est une lesbienne en puissance !

Laure dans quelques années

(et son camion)

Certes, de nombreuses lesbiennes ont pu s’identifier à Laure. C’est un motif que j’ai souvent rencontré en parlant de Tomboy. Mais toutes les lesbiennes ne se sont pas reconnues dans ce personnage, de même que des hétéros ont pu le faire.

De mon modeste point de vue, Tomboy véhicule un stéréotype : cette sorte de lien de cause à effet qui devrait exister entre une certaine  »absence de féminité » et l’homosexualité. Pourtant, il existe quantités de femmes masculines hétérosexuelles, et de lesbiennes ou bisexuelles féminines, exactement de la même façon qu’il existe quantités d’hommes dits efféminés hétérosexuels, et d’homosexuels virils. Devoir le rappeler à la suite d’un film qui a probablement été diffusé à tous les festivals de cinéma LGBT du globe serait presque déprimant.

A l’extrême limite, on pourrait supposer que le mensonge de Laure soit la première étape d’une révolte totale à l’encontre de son sexe biologique (autrement dit, que   »Michaël » soit un transsexuel en devenir). Dans ce cas Michaël serait hétérosexuel et toute mon argumentation tomberait à l’eau (difficile de s’offusquer d’un lien automatique entre absence de féminité et saphisme sans lesbienne). Mais il ne faudrait peut-être pas pousser grand-mère dans les orties. L’hypothèse me paraît fort hasardeuse, d’autant plus qu’elle s’appuierait sur une logique socialement abérante: Laure refuse les codes dits féminins, ce n’est pas une fille. Il est peut probable que ce soit celle de Céline Sciamma.

Vous l’aurez compris, je ne suis pas une grande fan de Tomboy, que ce soit en tant que divertissement ou film engagé. 


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 28 mars 2012 par dans Anciens.

Articles publiés

mars 2012
L M M J V S D
« Jan   Avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Mon compte Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

%d blogueurs aiment cette page :