Les Contrées Zinzolines

Chaque semaine ce qui s'imagine, se dit et se fait autour des questions d'identité et d'orientation sexuelle

Mariage gay: pourquoi pas nous?

Dans l’imaginaire collectif, la légalisation du mariage gay, c’est concrètement une foule d’homosexuels en costumes et robes blanches, qui font la queue devant la mairie pour se marier le plus vite possible après x années de vie commune non reconnues par l’Etat (ou pas tout à fait). En gros, les partisans du mariage gay devraient se répartir en trois groupes : les hétéros tolérants et ouverts d’esprits qui se disent  »pourquoi pas ? », les homos qui veulent pouvoir se marier, et entre les deux, les hétéros personellement concernés (i.e l’entourage d’un couple homo qui mériterait de pouvoir se marier).

Mais (surprise!), à l’époque où vivre en couple et fonder une famille est de moins en moins conditionné par le mariage, les homosexuels ne forment pas une minorités d’hallucinés qui fantasment encore sur l’idéal familial des années 60. Beaucoup d’homos, et d’individus qui un jour pourraient être personnellement concernés par le mariage gay, n’ont aucunement l’intention de se marier, dans un futur proche ou lointain. A vrai dire, la plupart des homos et bis que je connais n’aiment pas parler de la question du mariage gay : ils savent très bien que le moindre mot qui pourra sortir de leur bouche ne sera pas pris au sérieux. On les regardera en souriant avec indulgence, parce que c’est mignon, cette manifestation de niaiserie qui doit les pousser à vouloir se marier. Si c’est pour être traité comme une fillette de six ans en train de décrire son futur mariage de princesse, alors que personnellement, on s’en tamponne le coquillard, autant changer de sujet.

Mais dans ce cas, pourquoi revendiquer le droit au mariage entre personnes du même sexe?

Le mariage homosexuel n’est pas une revendication individuelle: c’est une étape supplémentaire vers l’égalité des droits. Or, cette égalité des droits n’est pas le doux fantasme d’un groupe d’associations militantes gay, c’est la conséquence logique des politiques menées en matière de reconnaissance et de tolérance. Comment l’Etat peut-il espérer être cohérent (et crédible), lorsqu’il condamne l’homophobie, tout en stigmatisant l’homosexualité ? C’est un peu comme si la loi essayait de nous dire :  »Il ne doit pas y avoir de différence de traitement envers les hétéros et les homos… Enfin, sauf quand c’est nous qui en faisons, mais c’est pas la même chose hein ».

Mais après tout, on sait qu’en matière de mariage homo, l’Etat n’est pas à une incohérence près. Des dizaines de couples homosexuels mariés à l’étranger ne peuvent faire inscrire à l’état-civil français leur union. Certains de ces mariages sont d’ailleurs accomplis dans des conditions qui pourraient nous paraître improbables, et remettent quelque peu en question l’argument qui consiste à avancer l’importance de la conservation des valeurs culturelles et religieuses. Jusque là, rien de bien surprenant, il s’agit simplement d’un conflit de normes nationales. Cependant, ces couples se trouvent confrontés à un problème de droit qui confine à l’absurde : la France refuse de reconnaître leur mariage puisqu’ils sont homosexuels, mais ils n’ont pas le droit de se pacser… parce qu’ils sont mariés selon la législation d’un autre pays ! Situation ubuesque que certains membres du Sénat, institution pourtant peu réputée pour son progressisme, dénonçaient déjà en 2010.

Il est d’autant plus frustrant de constater que l’Etat français refuse de reconnaître les unions homosexuelles au même titre que les autres, alors que de plus en plus de pays le font.  »Tout le monde le fait » n’est pas franchement le meilleur argument qu’on puisse formuler, mais il ne s’agit pas de suivre le troupeau et sauter par dessus un pont. Simplement de pointer le fait que tous ces pays, qui y ont pourtant été opposés, ne semblent pas voir de bonne raison d’interdire le mariage gay plus longtemps. Or, on aurait pu s’attendre à ce qu’un Etat où la religion catholique est aussi influente que l’Espagne persiste à en trouver.

En outre, si l’argument selon lequel la légalisation du mariage homosexuel porterait atteinte à la société française, en niant les bases sur lesquelles elle serait construite (à savoir, la cellule familiale hétérosexuelle), est le plus souvent brandi par ses opposants, les pays qui l’ont adopté ne semblent pas se porter trop mal.

On remarquera que les théories sociologiques qui situent l’origine et la force du lien social dans la famille s’intéressent avant tout aux interactions inter-individuelles basées sur l’amour. En conséquence, elles ne considèrent pas que le divorce, les familles mono-parentales et les familles recomposées constituent des facteurs de délitement social, contrairement à ce que des forces conservatrices ont pu essayer de nous faire croire pendant des années. Pourquoi le mariage gay répondrait à des règles différentes ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 12 avril 2012 par dans Anciens.

Articles publiés

avril 2012
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Mon compte Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

%d blogueurs aiment cette page :