Les Contrées Zinzolines

Chaque semaine ce qui s'imagine, se dit et se fait autour des questions d'identité et d'orientation sexuelle

Alfred Kinsey et Dan Savage, figures de la libération sexuelle

A priori, il existe peu de points communs entre le professeur de zoologie et entomologie Alfred Kinsey (1894-1956), et Dan Savage né en 1964, journaliste pour The Stranger, hebdomadaire culturel gratuit à Seattle.
Cependant, tous deux sont, à leur façon, des précurseurs en matière de libération sexuelle. En effet, Alfred Kinsey est à l’origine de la première véritable étude statistique sur les comportements sexuels, alors que la chronique de conseils « sexo » à l’origine de la notoriété de D.Savage, Savage Love dispose d’une influence considérable aux Etats-Unis et dans le monde.

Des carrières atypiques

Rien ne les prédestinaient pourtant à de telles carrières : à l’origine, Kinsey s’intéressait plus aux mouches à galles qu’à la sexualité humaine, et c’était comme metteur en scène que Savage pensait s’illustrer.
Lorsqu’en 1991 son ami Tim Kerk lui annonce qu’il va créer un journal, Savage lui conseille négligemment de s’assurer que son journal aura « une rubrique de conseil : tout le monde prétend les détester, mais tout le monde les lit ». Tim lui propose alors de s’en charger : sans qu’il en ait conscience, sa carrière vient de prendre un tournant crucial. Depuis les début de Savage Love en 1991, et ce malgré (ou grâce à?) ses positions relativement controversables (homosexuel, il critique régulièrement la bible, les républicains, et refuse une lecture rigide de la monogamie), ses projets et son influence n’ont cessé de croître.

Actuellement, en plus de sa rubrique, dont un podcast est tiré, il écrit pour The American Life ou encore le célèbre magasine gay Out, multiplie les apparitions télévisées et tient un magasine télévisé Savage U, où il se rend dans différents campus pour répondre aux questions des étudiants.

Ouvertement homosexuel, père d’un enfant adopté avec son mari Terry, il milite pour les droits LGBT, mais aussi pour d’autre causes, comme celle des sextoys. Son projet peut-être le plus marquant: It Gets Better. Initié en septembre 2010 après le suicide d’un adolescent homosexuel victime du harcèlement de ses camarades, il rassemble des centaines de vidéos de personnalités et d’anonymes, homosexuels ou non, qui expliquent que les choses deviennent plus faciles à vivre avec le temps.

Quant à Kinsey, un film de 2005, tourné en collaboration avec sa famille et l’Institut Kinsey, retrace parfaitement la suite d’événements qui le conduisirent d’abord à tenir dans les années 30 un cours sur le mariage (à une époque où la sexualité était supposée s’y limiter), puis à entamer l’étude désormais connue sous le nom de Rapport Kinsey.

Publié en deux parties, l’une sur la sexualité masculine, l’autre sur la sexualité féminine en 1948 et 1953, son impact fut sans commune mesure dans un pays profondément puritain, alors que la sexualité était strictement cantonnée à la sphère privée. On imagine facilement le scandale, lorsque Kinsey révèle que des pratiques sexuelles comme la masturbation, l’homosexualité ou l’adultère, sont immensément répandues à travers la population. Ce rapport a participé à les normaliser.

Aborder la sexualité avec ouverture d’esprit

Bien que leur travail s’inscrivent dans des sphères tout à fait différentes, ils se caractérisent par leur volonté d’aborder la sexualité sans la juger, et par leur écho dans la société civile.

Kinsey fut le premier à avancer la théorie selon laquelle les individus ne seraient pas soit homosexuel soit hétérosexuel, mais se situeraient sur un axe gradué, dont il produisit un échelle de 0 à 6.

L’échelle de Kinsey

Quant à Dan Savage, sa notoriété est perceptible à travers les néologismes dont il est à l’origine : des termes comme DTMFA (Dump the Motherfucker Already), mais aussi des expressions à l’histoire particulière…. Lorsque Dan n’apprécie pas les propos tenus par une figure politique, il le fait savoir : ainsi, lorsqu’en 2009, Obama choisit Rick Warren, pasteur de la Saddleback Church, aux positions ultra-conservatrices sur l’avortement et le mariage gay, pour sa cérémonie de prise des pouvoirs présidentiels, il proposa à ses lecteurs de trouver une définition pour ledit terme.

Désormais, le saddlebacking désigne le sexe anal non protégé que des jeunes chrétiens pratiquent pour préserver leur virginité avant le mariage. Mieux, en 2003, lorsque Rick Santorum (récemment candidat aux primaires républicaines) définit dans une interview l’homosexualité comme une déviance sexuelle, Savage lança un concours pour déterminer quel terme sexuel (ragoûtant) méritait d’être appeler Santorum, puis encouragea ses lecteurs à multiplier les liens vers le blog Spreading Santorum  pour que la définition soit le premier résultat Google d’une recherche sur Santorum. Le grand gagnant fut « the frothy mixture of lube and fecal matter that is sometimes the byproduct of anal sex », i.e le mélange mousseux de lubrifiant et de matières fécales qui est quelques fois le résultat secondaire d’un rapport anal. Aujourd’hui encore, le blog est sur la première page d’une recherche Google.

Critiques et polémiques

Bien sûr, le travail de Kinsey aussi bien que les propos de Savage ont suscité de nombreuses critiques, et même quelques polémiques.

Il faut reconnaître que l’étude statistique de Kinsey n’était pas mathématiquement pertinente, puisqu’elle repose sur les témoignages de volontaires. Mais surtout, notamment du fait de la neutralité et de l’anonymat garanti par les recherches, des actes de pédophilie auraient été rapportés au professeur, sans que celui-ci ne les rapporte à la justice. On l’a également accusé d’avoir mené des expériences sur des enfants pour étudier leur sexualité, ou encore demandé à des adultes de mener de telles expériences. L’institut Kinsey consacre une page à répondre aux différentes questions soulevées par la controverse pour mettre fin à ces allégations.

Il est vrai que Dan Savage n’a pas sa langue dans sa poche, et doit régulièrement se livrer à des excuses publiques. Il a entre autres souhaité la mort de tous les Républicains sur HBO, et traité de pédales des étudiants qui avaient quitté une conférence au cours de laquelle il avait commencé à critiquer la Bible. Dans un autre registre, accusé de transphobie, il lui est plusieurs fois arrivé (en 2011 et en 2012) d’être glitter bombed, i.e bombardé de paillettes (un équivalent de l’entartage ou de l’enfarinage).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Articles publiés

mai 2012
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Mon compte Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

%d blogueurs aiment cette page :